Gouvernance

Le Conseil d’administration (CA)

Le conseil d’administration est composé de douze (12) membres représentant généralement les différents secteurs de la justice pénale au Québec ou issus d’un milieu intéressé par la justice pénale au Québec. (Art. 6.1. Règlements généraux)


Le Conseil consultatif (CC)

Le conseil consultatif se compose d’environ 30 membres (…) choisis en raison de leurs connaissances, expériences et compétences dans un domaine relié à la justice pénale. 

Le CC siège (…) pour conseiller sur les orientations, les prises de position et suggérer les thèmes du congrès biennal. 

Ce conseil est convoqué au besoin par le conseil d’administration afin, soit d’approfondir un sujet d’actualité (…) soit d’aviser le conseil sur les orientations de la Société, ses prises de position ou ses actions nouvelles. (Art. 8. Règlements généraux)

Il s’agit principalement de gestionnaires :

  • Universitaires, Chaires de recherche
  • Juges, Direction des poursuites criminelles et pénales et Association des avocats de la défense de Montréal
  • Ministère de la Sécurité publique du Québec
  • Service correctionnel du Canada, Commission québécoise des libérations conditionnelles, Commission des libérations conditionnelles du Canada
  • Services de police provinciaux et municipaux
  • Organismes communautaires
  • Bureaux de la Protectrice du citoyen et de l’Enquêteur correctionnel
  • Ordre professionnel des criminologues du Québec 
  • Réseau de la Santé et des Services Sociaux

Composition

Afin de représenter le mieux possible tous les champs du système de justice pénale québécois, le conseil d’administration est composé d’administrateurs et d’administratrices bénévoles qui se réunissent sept fois par an lors des rencontres du conseil d’administration et de l’assemblée générale annuelle.
 


 

Articles - Vignette

PRÉSIDENTE

Madame Marion Vacheret

Milieu universitaire

Professeure titulaire, École de criminologie de l’Université de Montréal, chercheure pour le Centre de Recherche en Droit Public (CRDP), Université de Montréal

Biographie complète
Articles - Vignette

VICE-PRÉSIDENT

Maître Gilles Trudeau

Milieu judiciaire - Avocats de la défense

Secrétaire corporatif, Centre communautaire juridique de Montréal

Biographie complète
Articles - Vignette

SECRÉTAIRE-TRÉSORIER

Madame Thérèse Boucher

Santé et services sociaux - Secteur jeunesse

Coordonnatrice jeunes contrevenants, Direction adjointe programme jeunesse-réadaptation adolescents et jeunes contrevenants, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS) du Centre-Sud de l’île de Montréal

Biographie complète

Administrateurs et administratrices

Représentante de la communauté

 

Hélène Simon détient une maîtrise en criminologie et une autre en administration publique. Elle est retraitée du ministère de la Sécurité publique du Québec où elle a été gestionnaire à la direction des affaires policières ainsi qu’aux services correctionnels. Elle a initié plusieurs services à la Société Élizabeth Fry au début de sa pratique. Elle a occupé le poste de directrice générale de la Société de septembre 2021 à mai 2022. Elle demeure une bénévole très active dans différents milieux.

 

Milieu policier

Directeur adjoint, Service de police de la Ville de Saint-Eustache

Francois Bleau a joint le conseil administratif de la Société de criminologie que Québec en 2020.

Il cumule plus de 34 années de services policiers auprès de quatre corps policiers. Il est actuellement directeur adjoint au Service de police de la Ville de Saint Eustache et membre de l’Association des directeurs de police du Québec depuis 2016. Il siège sur le comité Régional mixte des représentants officiels de la justice pénale du Québec. Il a reçu des distinctions honorifiques du  Gouverneur générale pour ses 30 ans de service.

Criminologue de formation, il passé la majorité de sa carrière au sein du Service de police de la Ville de Montréal. Il y a dirigé des escouades d’enquêteurs dédiés à la lutte de phénomènes ou d’organisations axées sur la violence envers la personne : les gangs de rue, les motards criminalisés, le crime organisé, le proxénétisme, la maltraitance des enfants, la violence envers les femmes et la lutte contre le terrorisme. Sensible aux différences culturelles, il favorise l’inclusion en siégeant sur des Comités de vigie et en formant des cadres travaillant en relation avec les communautés noires et arabes.

Soucieux des enjeux d’intégration et de profilage, il travaille avec la SCQ et un organisme de nouveaux immigrants pour défaire les barrières et préjugés auprès des minorités et des intervenants de première ligne.

Milieu communautaire - Victimes

Présidente de l’Association Québécoise Plaidoyer-Victimes

De 1984 à 2009, Arlène Gaudreault a été coordonnatrice des stages et responsable de programme à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. De 1993 à 2011, elle a aussi été chargée de cours en victimologie dans cet établissement d’enseignement. De 2000 à 2012 elle a été professeure invitée à l’Université de Pau dans le cadre du Master en droits des victimes. En août 2000, elle a co-présidé le Xe Symposium international de victimologie qui s’est tenu à Montréal.

Coordonnatrice du premier centre d'aide aux victimes d'actes criminels au Québec, elle a contribué au développement de plusieurs initiatives visant à améliorer le sort des victimes et de leurs proches. Membre fondateur de l'Association québécoise Plaidoyer-Victimes, elle préside cet organisme depuis 1988.

Impliquée dans plusieurs groupes de travail au Québec et au Canada, elle a été membre du Comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale mis sur pied par le ministère de la Justice du Québec.

Son engagement et sa contribution à l’avancement et à la promotion des droits des victimes ont été soulignés à plusieurs reprises, notamment lors de la remise du Prix de la Justice, du Prix Robert Sauvé de la Commission des services juridiques, du Prix d’excellence de l’Association canadienne de justice pénale et du Prix Hommage de la Société de criminologie du Québec.

Mme Béliveau est bachelière en criminologie et entame une 16e année de carrière aux Services correctionnels du ministère de la Sécurité publique. Elle a débuté à titre d’agente de probation, a ensuite effectué de la coordination d’équipes de professionnels et d’agents de services correctionnels en plus d’effectuer un passage dans le domaine de la sécurité et renseignement. Gestionnaire depuis 2018, elle est directrice de projets correctionnels et intérim à la Direction principale de la modernisation et de la performance correctionnelle.

Nancy Poirier est criminologue et travaille pour le Service correctionnel du Canada (SCC) depuis plus de 23 ans. Pendant plus d'une décennie, elle a effectué des interventions correctionnelles auprès de différents types de délinquants, notamment des délinquants sexuels à haut risque et à besoins élevés. Elle a aussi offert plusieurs formations aux agents de programmes correctionnels de la région du Québec.

Elle a travaillé à l’administration nationale du SCC pendant six ans, principalement en charge de l'élaboration, de la formation et de la mise en œuvre des programmes pour délinquants sexuels, des programmes multicibles et des programmes adaptés de du Modèle de Programme Correctionnel Intégré (MPCI). Elle occupe actuellement le poste de directrice exécutive par intérim du Centre régional de Santé Mentale de la région du Québec, un établissement à sécurité multi-niveaux, accueillant des détenus fédéraux aux prises avec des problèmes de santé mentale.  

Me Audrey Turmel travaille au Ministère de la Justice depuis 2006. Elle était notamment responsable des dossiers de maltraitance envers les aînés et des jeunes contrevenants. Depuis 2018, elle est directrice des programmes d'adaptabilité et de justice réparatrice du Ministère de la Justice du Québec.

D’origine française, Anne-Ophélie a tout d’abord étudié la sociologie et l’anthropologie en Belgique avant de venir poursuivre ses études en psychologie et criminologie à Montréal. Après dix ans d’intervention dans le milieu communautaire, notamment auprès des femmes en difficultés, elle a, il y a peu, rejoint l’équipe de l’ASRSQ en tant qu’agente à la formation puis coordonnatrice. Anne-Ophélie est aujourd’hui honorée de représenter le milieu communautaire au sein de la Société de Criminologie du Québec et de collaborer avec les travailleurs de tous horizons pour promouvoir la justice pénale.